06/05/2018

Un peu d’histoire…

10 février 1987
L'État acquiert un étang et les droits sur un ruisseau.

L'État, sur décision du Gouvernement, vient d'acquérir pour la somme de 135'000 francs le droit de pêche sur le ruisseau La Réselle ainsi que la propriété de l'étang Sous-la-Réselle, appartenant à un particulier, sis sur la commune de Soyhières.
Le rachat du droit de pêche du ruisseau de La Réselle, d'une longueur totale de 2,8 km avec ses deux branches, ainsi que l'achat de l'étang, s'inscrivent dans le cadre de la politique définie par le Parlement qui demandait par un postulat, en janvier 1986, que «le Gouvernement engage une procédure de rachat des droits de pêche privés». L'étang Sous-la-Réselle, qui entre dans le patrimoine naturel géré par l'État, a une surface de plus de 6000 m2, dont environ 1700 de surface d'eau. Sa production en truitelles sauvages est garantie dans sa structure actuelle. Ultérieurement, il sera possible. d'envisager son agrandissement ou sa rénovation pour augmenter encore sa productivité.

7 avril 1987
L'étang de la Réselle à Soyhières a été aménagé et assaini.

L'experte direction du président Jean-Pierre Luthy et avec le soutien du chef du service de l'Office des eaux et de la protection de la nature, Jean-Claude Bouvier. La remise en état des digues des bassins a permis de remettre l'eau très rapidement, De même, la consolidation du barrage assurera une meilleure régulation des niveaux d'eau. Ces travaux' ont été effectués bénévolement par des membres de la Société des pêcheurs,
Aujourd'hui, 10000 alevins ont trouvé refuge. dans un bassin sobrement aménagé et les grenouilles ont trouvé un refuge à leur convenance pour la ponte.
Cet étang, selon les vues et d'après l'optique du président Luthy, devrait, dans l'avenir, être destiné à l'élevage de truitelles et l'organisation éventuelle de cours de pêche pour enfants.
En attendant, les eaux de la rivière continuent à couler d'une manière limpide et harmonieuse en marquant - comme pour se reposer - un temps d'arrêt dans les bassins des étangs.

25 janvier 1991
Petit bijou

La Société de pêche entend aménager un grand étang à la Réselle à Soyhières.
La Société des pêcheurs à la ligne de Delémont et environs ne reste pas il dormir sur sa canne. Elle «rame» au bord de l'eau, pour l'eau et les êtres qui y vivent encore. La preuve? Elle va aménager à la Réselle, sur la commune de Soyhières, un impressionnant plan d'eau. S'étendant sur un hectare (13000 m2) d'eau), cet étang aura une profondeur quatre mètres au maximum et de 10 centimètres au minimum. Au stade d'avant-projet pour l'instant, l'étang fera l'objet d'une publication cet officielle lorsque le Gouvernement jurassien se sera prononcé sur cette entreprise.

En 1988, la Société des pêcheurs à la ligne de Delémont et environs donnait le mandat à une commission, présidée par Eric Fürst, de Delémont, pour étudier la possibilité de créer un étang dans la région; Plusieurs endroits ont été envisagés. Finalement, le site de la Réselle de Soyhières a été choisi. C'est le bureau Biotec, de Vicques, qui ensuite, a élaboré le projet.
Les nombreux propriétaires fonciers de l'endroit ont accordé un droit, de superficie aux pêcheurs. Le canton du Jura, qui est propriétaire des trois petits étangs existant, a également donné son accord. Il a cependant exigé qu'un étang de compensation (1000 m') soit créé. Là, des truitelles seront élevées
En accord avec la nature
Les atteintes occasionnées à la nature seront compensées. On replantera davantage d'arbres qu'on en 'coupera. Si la pêche se pratiquera sur les trois quarts de l'étang principal, la zone nord sera réservée à la nature et à la fraie. Interdit de tremper le bouchon, donc. Afin de favoriser la reproduction, trois bras profonds seront creusés. Les poissons qui peupleront l'endroit devront être à même de se nourrir seuls, sans intervention de l'homme.
Une nécessité, un plus,
Comme l'a indiqué le président de la société, Jean-Pierre Lüthi, de Delé¬mont, cet étang est, vu l'énorme pression de pêche dans le canton - un pêcheur tous les 36 mètres sur les rivières jurassiennes - une nécessité. D'autre part, le site permettra aux enfants de se familiariser avec la pêche (tous les cours de ce genre ont connu le succès) et d'apprendre à connaître la faune et la flore.

Aide de l’armée
Le projet est devisé à 330000 fr. Mais Eric Fürst espère que les troupes du génie prêteront leur concours notam¬ment pour le terrassement, le transport des matériaux et le remblai. Ce qui diminuera fortement le prix des travaux.
Le ruisseau actuel, qui alimente le plan d'eau, sera dévié entre le chemin actuel et l'étang. Son lit sera agrandi, afin de parer toute catastrophe due à une crue exceptionnelle.
Ne voulant pas amonceler les dettes, la société de pêche pense vendre de ma¬nière symbolique les arbres qu'elle replantera et les mètres carrés d'étang. En outre, il ne lui serait pas désagréa¬ble de ferrer une subvention.

2 février 1991
SOHYIÈRES - Oui au nouvel étang !

Dirigée par Jean-Pierre Mertenat, l'assemblée bourgeoise ordinaire de Soyhières qui s'est tenue hier soir a réuni 17 ayants droit. Le budget forestier 1991 qui prévoit un déficit de 40'600 fr. ainsi que le budget de l'administration bourgeoise qui présente aux recettes 102''600 fr. et 106'600 fr. aux dépenses, d'où un excédent de charges de 4'000 fr. ont été acceptés à l'unanimité. Le point le plus important de l'ordre du jour fut l'octroi d'un droit de superficie gratuit à la société des pêcheurs en vue de l'aménagement d'un étang à la Réselle.
Ce droit de superficie qui s'étendra sur 99 ans est assorti de conditions dont notamment que le futur plan d'eau reste une zone de protection de la nature.

11 février 1991
Société des pêcheurs à la ligne de Delémont et environs - Oui à ...la Réselle !

Les membres de la Société des pêcheurs à la ligne de Delémont, et environs, dont l'assemblée générale s'est déroulée samedi à Courrendlin, ont donné leur accord à la création d'un étang à la Réselle de Soyhières.
L'énorme pression de pêche dans les cours d'eau du canton justifie, notamment l'aménagement de ce plan d'eau d'une surface d'un hectare et d'un volume de 13'000 m3.
Le projet de l'étang, qui se situera au nord de Soyhières, avait été présenté en détail dans ces colonnes voilà une quinzaine de jours. En plus d'un «réservoir» à poissons, ce lieu servira également de réserve naturelle où jeunes et moins jeunes pourront admirer et apprendre à connaître la nature.
Le projet a reçu récemment l'aval de la bourgeoisie de Soyhières. Le dossier est maintenant entre les mains du Service cantonal des forêts.
Bernard Lachat, du bureau Biotec àVicques, a renseigné les nombreux pêcheurs présents sur les aspects techniques de cette future réalisation. Eric Fürst, président de la commission de construction, a indiqué que le coût des travaux ne pouvait encore être estimé avec précision: 33'0000 fr. au maximum, beaucoup moins si l'armée apporte son concours. Encore moins si les pêcheurs font preuve de bonne volonté et sacrifient quelques samedis au futur étang.
Le problème posé par la présence du rat musqué, qui occasionne des dégâts aux digues, a été évoqué; tout comme le débit du ruisseau.

Poissons dans l'eau
Dans son rapport d'activité, Jean-Pierre Lüthi, président, a relevé que l'année dernière 5'400 truites et truitelles avaient été déversées dans la Sorne et la Birse. En 1989, les pêcheurs delémontains en avaient plongées 12'000 dans ces deux rivières. Cette différence s'explique par des mauvaises conditions climatiques de l'année dernière, eaux basses, sécheresse, et pollution de deux ruisseaux.

Le ton monte
Le fait qu'aucun vérificateur des comptes ne soit présent à l'assemblée a fait piquer la mouche et a suscité les protestations de deux membres. Un pêcheur n'est pas forcément muet comme une carpe…
Enfin, les comptes 1990 ont été acceptés, avec un déficit de 2'650 fr.
Le caissier, Emmanuel Farine, explique ce solde par une «médiocre» Danse sur la Doux et les frais liés à l'étude de l'étang. La fortune, elle, se monte. à 18'000 fr. Huit nouveaux membres se sont jetés à l’eau. L'effectif de la société déborde actuellement les 320 pêcheurs.
Un original concours de pêche est au sommaire des activités 1991. Sera sacré roi celui qui aura pris, durant la saison, la plus grosse truite.

Six membres d'honneur
Six membres de la société ont été honorés samedi pour 25 ans de sociétariat. Cinq sur six étaient absents, mais tous sont devenus membres d'honneur. Il s'agit de René Chevalley, Pierre Chèvre, André Schaffter, Rémy Schwarz, Michaël Seher et Roland Béguelin.., qui taquine, notamment, le goujon des bords de la ruelle de l'Ecluse !

17 juin 1992
Premier coup de pioche pour l'étang de la Réselle à Soyhières

De l’eau et de la vie
L’étang de la Réselle, en dessus de Soyhières, prépare son lit pour s'y coucher de toute son eau. Après les travaux d'approche, la Société des pêcheurs à la ligne de Delémont et environs a commencé hier de creuser le nouveau lit du ruisseau qui contournera le futur étang, intéressant à plus d'un titre et respectant la nature.

Le plan d'eau que les pêcheurs de Delémont et environs aménagent est impressionnant : 1 hectare de surface, 13'000 m3 d’eau, entre 10 cm et 4 mètres de profondeur. Cet étang a rappelé Eric Fuerst, responsable du projet, servira à la promotion de la pêche qui selon lui, est un sport à part entière, dopage mis à part.
L'étang officiera également en tant que théâtre naturel pour les leçons d'histoire naturelle, ou comme but de promenade. Les poissons qui peupleront cet étang ne se¬ront pas commercialisés. Toutefois, des permis de pêche seront délivrés aux membres de la société selon le travail qu’ils auront effectué sur ce site.

Déroulement des travaux
De nombreux arbres ont déjà été abattus (170 m3 de bois de feu et pour la fabrication d’allumettes). Mais que les amis des arbres se rassurent : ils seront largement remplacés.
Maintenant on procède au creusage du lit du ruisseau qui contournera l’étang. Une partie de son alimentera néanmoins le plan d’eau, tout comme de nombreuses sources.
On procèdera ensuite au gros œuvre qui devrait être terminé à fin septembre. Ce devrait être à ce moment que l’étang sera mis en eau.

Coût important
Le coût de cette réalisation avoisine les 44'0000 fr. Divers subsides ont pu être obtenus par la Société des pêcheurs. L'armée procédera dès septembre; à l'œil, à des travaux de terrassement, de transport et de remblai. L'engagement d'une septantaine d'hommes d'une compagnie Engins permet une économie de plus de 15'0000 fr. au maître d'œuvre.

« Vendre » l’étang
Il restera quelque 20'0000 fr. à la charge de la société. Celle-ci a mis en vente, de manière symbolique évidemment, des mètres carrés du futur étang. A ce jour, une surface d'environ 4'200 m2 a trouvé preneur.

Les matériaux terrassés serviront à la construction minutieuse de la digue, a indiqué Alfred Hanser, président de la commission de construction, en précisant que la partie supérieure de l'étang sera une zone protégée, où les poissons pourront frayer. D'autre part, une zone marécageuse de 1800 m2 sera créée en aval de la digue.
L'étang de la Réselle servira également de tampon de crue. Comme l'a expliqué Zsolt Vecsernyes, du bureau Biotec à Vicques, qui a élaboré le projet, le plan d'eau permettra «d'en-diguer» une éventuelle crue. Et ainsi épargner Soyhières des malheurs que le village avait connus voilà quelques années.

15 septembre 1992
épargner Soyhières des malheurs que le village avait connus voilà quelques

L'armée travaille à l'étang de la Réselle à Soyhières

Renfort bienvenu !
L'aménagement de l'étang de la Réselle, situé au nord de Soyhières, va bon train. L'armée, plus précisément la compagnie d'engins 1, a entrepris depuis mardi passé les travaux de terrassement, de transport et de remblai. Un chantier d'envergure, qui nécessite les gros moyens.
Eric Fürst, responsable du projet pour la Société des pêcheurs à la ligne de Delémont et environs (le maître de l'ouvrage), Bernard Lachat, de Biotec biologie appliquée SA à Vicques (au¬teur du projet et directeur du chan¬tier): et le lieutenant Knuchel, respon¬sable des travaux de terrassement pour l'armée, ont renseigné hier la presse sur l'avancement des travaux.
L'étang aura une surface d'un hec¬tare (13000m' d'eau) et une profon¬deur allant de 10cm à 4m.
Avec l'aide du ciel
L'étang et ses environs seront variés de manière à conserver des biotopes différents et des ambiances propres à diverses espèces de faune et de flore.
Ce milieu constituera une salle de classe idéale pour les leçons d'histoire naturelle et les cours pour jeunes pêcheurs, ainsi qu'un lieu de promenade idyllique. A mi-parcours, le programme est respecté. Si le temps le permet, l'étang pourrait être terminé cette année encore. Tout dépendra de la clémence du ciel. La troupe œuvre rapidement et efficacement tant que le terrain est sec; de fortes pluies ralentiraient considérablement le rythme du chantier. Et comme les soldats sont en cours de répétition jusqu'au 24 septembre... Le lieutenant Knuchel reste cependant optimiste et estime que les travaux de terrassement, de transport et de remblai seront terminés jusque là. Une séance entre le maître de l'ouvrage et l'armée se déroulera de¬main pour voir dans quelle mesure la troupe pourrait être appelée une nouvelle fois l'année prochaine.

La digue
Durant l'été, le ruisseau a été dévié (du côté du chemin) de manière à permettre le gros œuvre. Une canalisation de vidange a été installée sous l'ancien lit du cours d'eau. En plus du terrassement l’armée procède actuellement à la construction de la digue.
Il s’agit d’un ouvrage important, plus de 50 m de long largeur 46 m et hauteur 7 m et qui aura une forme particulière en surface compte tenu du terrain et des problèmes techniques qui ont découlés. La digue doit être d'une parfaite stabilité afin d'éviter toute inondation à Soyhières. Elle permettra même d’endiguer une éventuelle crue (le trop plein du ruisseau étant déversé dans l’étang).

Les machines et les hommes...
Pour cette réalisation, l'armée n’a pas lésiné sur les moyens. Plus d'une vingtaine de camions, de trax, de pelles mécaniques ou autres rouleaux compresseurs ont manœuvrés sur le chantier par 25 soldats, sous-officiers et officier, alors que 14 autres militaires se chargent du bureau, de la cuisine et de l'entretien des véhicules.
Et l'armée travaille à l'œil. Pour le plus grand bonheur de la société de: pêche qui ne dispose pas de grandes ressources financières.

21 décembre 1992
Des écoliers de Soyhières plantent des arbres au bord de l'étang de la Réselle

Recréer un biotope..
Une douzaine d'écoliers de la classe de Roland Parrat ont apporté leur contribution à l'aménagement de l'étang de la Réselle de Soyhières. Ils ont consacré leur après-midi de vendredi à planter 90 arbres sur les berges du futur étang.
Cette opération s'est déroulée en compagnie de quelques membres de la société des pêcheurs à la ligne et de la société d'écologie et de protection des oiseaux de Delémont et environs.
En mars dernier, 180 m3 d'arbres avaient été abattus sur l'emplacement du plan d'eau. Un biotope avait donc été détruit. Cette flore devait être remplacée et c'est ce qui a été fait vendredi. Les nouveaux arbres - aubépines, saules pourpres, merisiers, cornouillers, ifs sanguins et mâles, chèvrefeuilles, prunelliers, fusains, viornes obiers, ainsi que des sureaux – ont été offerts par la SEPOD.
Une liste du travail effectué a été établie pour chaque enfant et sera publiée dans le livre des souvenirs de la Société des pêcheurs.

Pour l'été 1993
Cet étang ne servira en aucun cas à des fins commerciales, a affirmé une nouvelle fois Eric Fürst. Il aura notamment un rôle éducatif; il est prévu d'y organiser des semaines hors cadre et des activités pour le passeport de vacances. Mais, auparavant, il faudra mettre une dernière fois la main à la pâte. L'armée terminera ce printemps les travaux de terrassement qu'elle avait commencés au mois de septembre, lors d'un cours de répétition. Eric Fürst espère que le bassin se remplira d'eau en juillet prochain. Si tout se déroule comme prévu, l'été pourrait être des plus reposants et des plus calmes à la Réselle.

Texte d'Albino Dal Busco

 

En souvenir du 100 ème anniversaire

 

Cabane de la Réselle

La cabane a été réalisée en 1999. En premier lieu elle avait pour but de permettre l’entretien du site de la Réselle.

Par la suite, elle a pu être agrandie pour rendre possible une des activités de la Spalde, soit la pisciculture. Depuis plusieurs années la pisciculture a permis de voir naître plusieurs dizaine de milliers d’alevins de truitelles qui servent au repeuplement des rivières de la vallée de Delémont